dollin

Tom DOLLIN DU FRESNEL, Président de la cour d’assises qui  condamna Guillaume Seznec en novembre 1924, repose près  de Fougères. Sa tombe vient d’être retrouvée.

C’est une tombe en granit parmi tant d’autres, dans le cimetière de  Saint-Brice-en-Coglès (Ille-et-Vilaine). Rien n’indique qu’elle fait  écho à la fameuse affaire Seznec. Pourtant, ici, repose Tom  Ernest DOLLIN DU FRESNEL. l’un des principaux acteurs d’une  histoire qui continue régulièrement à défrayer la chronique. Alors  président de chambre à Quimper, Tom Ernest DOLLIN DU  FRESNEL a présidé la cour d’assises qui a condamné Guillaume  Seznec et l’a envoyé en Guyane. Né au Puy-en-Velay (Haute-  Loire) d’un père intendant militaire et d’une mère anglaise en  1862, Tom Ernest DOLLIN DU FRESNEL s’est marié deux fois.

« J’ai condamné un innocent » Après son divorce, il s’est  remarié avec Augustine Le Dret, fille de Paul Le Dret originaire de  la région briçoise où il possédait une propriété. D’où ce caveau  familial Le Dret-Fresnel à Saint-Brice dans lequel a été inhumé le  magistrat après son décès, en 1941. « J’ai toujours entendu dire  dans ma famille que l’oncle Tom avait regretté la décision des  assises de Quimper », témoigne Monique DOLLIN DU  FRESNEL, arrière-petite-nièce du juge, directrice de la  bibliothèque universitaire de l’Institut d’études politiques à  Bordeaux, chargée d’enseignements à l’Université de Bordeaux.

« Jusqu’à la fin de sa vie, il a considéré que c’était une erreur  et qu’il avait condamné un innocent. Protestant, austère,  l’oncle avait le sens du devoir », poursuit Mme DOLLIN DU  FRESNEL, à qui nous avons appris l’existence de cette tombe :  « Je ne savais pas où l’oncle Tom était enterré ».

Source : Ouest France